¡ bienvenidos - degemer mat - مرحباً marhabân - नमस्ते namasté - pjila'si !

¡ maeva - talofa - ongi etorri orori - welcome - bienvenue !


...en la cabaña de Flanagan el tallador de sueños, un refugio para los que tienen 'hambre del alma'

...inside Flanagan the dream chiseller's cabin, a resting place for curious eyes and hungry souls

...et chez Marie Diaz, rêveuse d'un monde à l'autre, semeuse d'histoires, tisseuse d'imaginaire

*

*
Bourges 2016 : L'Invisible lauréat du défi-lecture organisé par la Ligue de l'Enseignement & la Médiathèque

*

*
Nouvelle-Calédonie 2014 : l'Invisible lauréat du prix Livre Mon Ami - ici au collège Laura Boula sur l'île de Drehu-Lifou

'Hold fast to dreams
For if dreams die
Life is a broken-winged bird
That cannot fly.
Hold fast to dreams
For when dreams go
Life is a barren field
Frozen with snow.'

Langston Hughes

[African-American poet, 1902-1967]


*
Merci de respecter le Droit d’Auteur

Please respect Author’s Copyright ©

*

mercredi 2 mai 2012

De landes et de mystères : Jane Eyre

 
Coup de chapeau à cette captivante nouvelle adaptation, par le réalisateur Cary Fukunaga, du roman de Charlotte Brontë qui a accompagné mes jeunes années :
Le destin de l'orpheline rebelle, élevée dans la morale victorienne corsetée, réfugiée pour survivre dans ses livres et ses dessins, et sa rencontre au manoir de Thornfield avec l'austère maître des lieux, Rochester, gardien d'on ne sait quel lugubre secret...
'Jane Eyre', tout comme 'Les Hauts de Hurlevent' - 'Wuthering Heights' d'Emily Brontë (soeur de Charlotte), est un monument de romantisme gothique, et l'adaptation rend un vibrant hommage à cette veine d'inspiration.
Les couleurs sublimement nuancées rendent palpables les hautes landes du Yorkshire. Le vent gémit, la pluie claque au carreau, le feu lèche la peau, l'ombre danse dans les regards, et les vieux murs fortifiés ne suffisent pas à se garder des démons intérieurs...

Chaque réplique de la jeune femme, à la force intérieure inamovible, malgré les tremblements et les doutes, résonne encore aujourd'hui comme un appel à l'insurrection contre l'ordre social établi et la domination masculine.

L'interprétation de Mia Wasikowska (la Alice de Tim Burton) et Michaël Fassbender, (dont le talent a récemment éclaté dans des rôles aux antipodes les uns des autres), est un régal : certes, ils sont infiniment plus lumineux que leur description  par Charlotte Brontë, et Rochester a pris un sacré coup de jeune, (on ne va pas s'en plaindre...) mais leur incarnation des personnages est d'une subtilité admirable.
Mia-Jane est frémissante de retenue, Fassbender-Rochester oscille entre ton rogue, manipulateur, et vulnérabilité désarmante - on est suspendus à leur lèvres.
Tout le reste du casting est aussi épatant : Judi Dench et Jamie Bell en particulier.
Cordes sourdes, coups d'archet sur les nerfs, souffles dans les bruyères. Honneur à la bande-son. On savoure chaque grincement de porte, chaque cliquetis, chaque froufrou. Le silence est musique.
Voix, diction et accents du Nord se dégustent comme un grog au miel.
 Bref, vous l'aurez compris, je succombe. Bande-annonce :

 Sortie en France en juillet 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire