¡ bienvenidos - degemer mat - مرحباً marhabân - नमस्ते namasté - pjila'si !

¡ maeva - talofa - ongi etorri orori - welcome - bienvenue !


...en la cabaña de Flanagan el tallador de sueños, un refugio para los que tienen 'hambre del alma'

...inside Flanagan the dream chiseller's cabin, a resting place for curious eyes and hungry souls

...et chez Marie Diaz, rêveuse d'un monde à l'autre, semeuse d'histoires, tisseuse d'imaginaire

*

*
Bourges 2016 : L'Invisible lauréat du défi-lecture organisé par la Ligue de l'Enseignement & la Médiathèque

*

*
Nouvelle-Calédonie 2014 : l'Invisible lauréat du prix Livre Mon Ami - ici au collège Laura Boula sur l'île de Drehu-Lifou

'Hold fast to dreams
For if dreams die
Life is a broken-winged bird
That cannot fly.
Hold fast to dreams
For when dreams go
Life is a barren field
Frozen with snow.'

Langston Hughes

[African-American poet, 1902-1967]


*
Merci de respecter le Droit d’Auteur

Please respect Author’s Copyright ©

*

lundi 11 juin 2012

Oceanic inspiration : River Queen


River Queen : un film néo-zélandais de 2005 réalisé par Vincent Ward, passé complètement inaperçu en France. Pourtant les acteurs Samantha Morton, Cliff Curtis & Temuera Morrison (l'infâme 'Jake the Mus' de Once Were Warriors - l'Ame des Guerriers) sont excellents, la photo est à couper le souffle : Vert-Fougères des Débuts du Monde - Rouge Cramoisi des uniformes.
Malgré quelques passages plus faiblards dans le scénario, les idées sont fort intéressantes.

 
Dans l'île du Nord, l'histoire relate le choc des cultures entre colons (principalement Irlandais et Ecossais) et les populations Maories au XIX°siècle, certains Maoris étant forcés de suivre le parti de l'armée coloniale britannique contre leur propre peuple...

River Queen : Samantha Morton - Cliff Curtis
On la vit depuis le point de vue d'une jeune femme Irlandaise et de son enfant métis, ballottés entre les 2 camps au milieu du chaos.
On vit aussi le déchirement interne d'un soldat Irlandais qui comprend le combat des Maoris pour leurs terres, en tant qu'ex-colonisé par les Anglais. Ajoutons une belle dose de romantisme dont on ne se privera pas, et des chants Irlandais à fendre l'âme... Pour qui y est sensible.


On change de culture mais pas d'Océan, les chants mélanésiens de la Ligne Rouge (Thin Red Line, le chef-d'oeuvre de Terrence Malick) - aux Iles Salomon :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire